LES VIGNERONS

par André Peyrel (octobre 2009)

 

 "Dieu n'avait fait que l'eau, l'homme a fait le vin'' (Victor Hugo)"

 ACCUEIL

 VIVRE A ORCET 

 LES SERVICES PUBLICS

 LE CONSEIL

 ECONOMIE

 CULTURE 

 ASSOCIATIONS 

 HISTOIRE 

 INTERCOMMUNALITE

 URBANISME

Communauté de communes > Artisans  > Commerçants 

 

Village Vigneron, la vigne en partage.

 

Orcet, un village vigneron, c'est bien le bon Saint Verny qui a sa statue en l'église qui l'atteste, c'est la tradition qui se perpétue, c'est le renouveau qui continue l'histoire…

 

Ils sont deux, les derniers des mousquetaires, qui portent haut les couleurs du rouge, du rosé ou du blanc local.

 

Si, comme le pensait Rabelais ''Jamais homme noble ne hait le bon vin'', alors notre village est pays de noblesse grâce  au deux viticulteurs à qui j'ai rendu visite en ces fraîches soirées d'octobre.


Vincent Tricot : le credo du bio bel et bon .

Vincent Tricot ou plutôt Marie et Vincent Tricot, comme le mentionnent les belles étiquettes de leurs produits, ce nom a pris place dans les références du vin bio auvergnat depuis leur installation rue des Percèdes en 2003. Les vignes ouvertes à cette culture dès 1971 par Claude Prugnard sur un sol argilo calcaire parsemé de cendres volcaniques ont été reprises, bonifiées, travaillées amoureusement par Vincent Tricot. Quatre hectares et demi sur les coteaux sud ouest d'Orcet, un quart d'hectare en plein village, l'une des dernières parcelles donnant sur la Voie Romaine, un demi hectare fraîchement replanté en pinot, toutes ces terres n'ont connu depuis longtemps d'autres traitements que naturels.

 Point de pesticides chimiques, que de l'organique, pas d'herbicides, que les vertus d'un bon labourage, tout le secret va résider dans l'équilibre de l'écosystème et d'une microflore particulière, dans  la confiance partagée entre le viticulteur et la nature, mais aussi entre la symbiose du sol et de la vigne pour arriver à produire un nectar élaboré lui aussi en méthode naturelle et qui se fait simplement sous l'œil averti du maître de chaix.

La vendange est manuelle, ne sont utilisées que des levures indigènes, pas de chaptalisation, tout est mis en œuvre pour donner un vin titrant entre 12 et 13 degrés.

 

 Il y a là du pinot qui va donner un rouge de caractère, dont une cuvée va sagement mûrir plus de dix mois en vieux fûts. Il y a du Gamay dont la robe rosée va s'épanouir et se décliner en une version pétillante portant le joli nom de ''Jour de Fête''. Et puis il y a du Chardonnay, ce seigneur aux anneaux qui fera un blanc superbe dont la cuvée ''Escargot'' ne se pressera pas pour vieillir 12 mois en foudres de chêne. ''Petites fleurs'', ''Marcottes'','' Milans'', autant de noms pour des bouteilles  de soif ou de garde. Et une touche de fantaisie dans le  graphisme des étiquettes où s'exprime la palette artistique d'Orane et de Manoë, qui participent elles aussi au travail de maman et de papa. 

 

Le respect absolu de la charte bio apparaît avec le logo AB attestant d'un vin conforme à ses engagements. La clientèle est diversifiée: 60% de particuliers, 20% en hôtellerie et 20% à l'exportation. Si vous allez au Japon, en Hollande ou au Québec vous aurez peut-être la chance de retrouver un vin d'Orcet sur votre table ! et ce vin sera un Tricot !

Le travail du viticulteur comprend aussi la préservation de l'outil de travail donc du cadre de vie, de l'entretien des bâtiments, du maintien en un mot du patrimoine vigneron du village. Un agréable cuvage accueille maintenant le visiteur qui devient vite un client, la renommée de la cave Tricot attire les connaisseurs, l'attrayant marché bio qui se tient à deux pas n'y est pas étranger et le retour du consommateur vers les produits naturels laisse bien augurer d'un avenir radieux pour la Cave Tricot.

 Ouverture tous les jours sauf le dimanche sur rendez vous : tel. 04.73.77.70.67,

e-mail: tricotvincent@hotmail.com

 


 

Christophe Romeuf, au nom de tous les siens

 

Entre Saint Verny, patron des viticulteurs et la cave Romeuf, c'est une longue histoire. Sa statue en bois couve l'espace d'accueil d'un œil attentif et protecteur. Il est perché sur la face d'un magnifique foudre de chêne et partage les étagères avec coupes et trophées attestant si besoin en était de la notoriété de cette véritable institution du patrimoine viticole orcétois. Plus de médailles que jamais n'en rapporteront les athlètes nationaux dans les jeux olympiques ! mais c'est dans les joutes consacrées à la gloire du divin breuvage que la famille Romeuf s'illustre depuis plusieurs générations. Des concours du salon de l'agriculture à ceux de Macon (le must des compétitions viticoles françaises) les coupes, médailles, diplômes et autres titres de gloire, cela a été durant longtemps le quotidien de la cave Romeuf. Alors, après ses parents, Christophe doit assurer la suite par son travail, entre respect de la tradition et  adaptation à une nouvelle façon de vivre le vin dans ce 21° siècle.

 

5 hectares sur Orcet et Le Crest, tout en Gamay, Pinot ou Chardonnay pour produire des vins en culture raisonnée, pas de traitements systématiques mais des interventions ciblées à base de produits naturels.

 

 Chaque année 150 hectolitres environ qui se vendent sur place, en grandes surfaces,  dans l'hôtellerie ou en expéditions. Le cru 2009 est prometteur avec un rendement plus qu'honnête et une promesse de titrer entre 12°5 et 13°, gage d'un vin accompli et agréable à boire. Pas de chaptalisation bien sur mais un juste équilibre entre sucre et acidité. Il y aura aussi de dives bouteilles conduites en méthode champenoise pour faire pétiller de belles bulles à la gloire du bon Saint Verny de la cave.

Celle ci s'ouvre chaque samedi à l'acheteur ou sur rendez vous dans la semaine (04.73.84.92.10 ou 06.08.85.01.69).

 

 Vigneron indépendant, mais aussi soucieux de respecter la charte du vigneron,

Christophe Romeuf a su s'adapter au goût du consommateur actuel qui recherche dans ce genre de vin une typicité et une authenticité caractéristique du vin de pays.

 

Et, que le lecteur sache que j'ai rencontré Christophe Romeuf…rue Saint  Verny, décidemment ce n'est plus un patronage que fait ce Saint Homme, c'est une marque de fabrique.

 

Haut de la page